Sommaire

De nombreux évènements peuvent perturber le sommeil : cauchemars, somnambulisme, terreurs nocturnes.

La crise d’angoisse nocturne est l'un de ces perturbateurs. Zoom sur la crise d'angoisse nocturne, ses causes et ses traitements.

 

 

Crises d’angoisse nocturne : comment se manifestent-elles ?

La crise d’angoisse nocturne, comme la crise d’angoisse diurne, apparaît de façon brutale et dure quelques minutes à quelques heures :

  • Elle survient généralement en début de nuit, peu après l’endormissement.
  • La personne ressent une intense peur, l’impression qu’un danger est présent.
  • Des signes physiques s’ajoutent à cette sensation, comme des palpitations, des sueurs, des tremblements, une hyperventilation, une respiration difficile, des douleurs au niveau du thorax, etc.
  • Ces manifestations augmentent la sensation de peur.

La crise d’angoisse nocturne peut survenir à tous les âges, en particulier chez l’enfant :

  • Elles sont alors difficiles à détecter pour les parents, qui peuvent les confondre avec des cauchemars ou des terreurs nocturnes.
  • Pour l’enfant aussi, elles ne sont pas faciles à analyser.

Causes des crises d’angoisse nocturne

Les causes de la crise d’angoisse, diurne ou nocturne, ne sont pas bien connues. Elles font intervenir des facteurs biologiques, psychologique, génétique, etc. :

  • une réaction au stress inappropriée ;
  • ou la consommation de certaines substances comme le dioxyde d’azote ou le lactate de sodium.

Notons que certains troubles peuvent être associés aux crises d’angoisse nocturne :

  • une dépression ;
  • une phobie sociale ;
  • un stress post-traumatiques ;
  • ou encore des troubles obsessionnels compulsifs (TOC).

Crise d’angoisse nocturne : quels traitements ?

Le médecin peut prescrire différents traitements pour lutter contre les angoisses :

  • une thérapie comportementale ;
  • la prise de médicaments, comme des anxiolytiques ou des antidépresseurs.

Les traitements psychothérapiques sont plus à même de traiter le problème de fond, alors que les médicaments sont actifs sur la crise.