Sommaire

 

On estime à plus de 60 % le nombre de personnes stressées en France. Parmi les nombreux facteurs de stress recensés, le stress au volant atteint près d’un conducteur sur deux au moins une fois dans sa vie.

Au-delà des nombreux aspects désagréables voire dangereux que peut avoir un état de stress au volant, la situation peut devenir dangereuse sur le long terme. Comment faire face au stress au volant et mieux le gérer ? Ooreka a mené l’enquête !

Stress au volant : causes et symptômes les plus courants

Qu’il s’agisse d’un simple trajet pour se rendre de son domicile, sur son lieu de travail ou lors de trajets professionnels répétés, le stress au volant est le plus souvent causé par :

  • les autres automobilistes ;
  • les embouteillages aux heures de pointes ;
  • un état de fatigue accumulé ou simplement une mauvaise nuit ;
  • un autre facteur de stress comme un retard ou encore des soucis d’ordre personnel ;
  • les conditions météorologiques ;
  • les autres passagers.

Qu’il soit ponctuel ou répété au quotidien, le stress au volant peut avoir des répercussions sur le comportement des conducteurs. Un stress au volant peut ainsi être responsable :

  • de tensions musculaires au niveau du dos, des épaules ainsi que des cervicales ;
  • de maux de tête ;
  • d’accès de colère ou d’irritabilité ;
  • d'un état de fatigue supplémentaire ;
  • d'une augmentation brusque du rythme cardiaque et de la tension ;
  • d’un manque de concentration ;
  • de comportements à risques comme une conduite saccadée, une vitesse élevée ou le non-respect des consignes de sécurité au volant.

Les risques du stress au volant

Sur le long comme le court terme, le stress au volant peut avoir des effets indésirables voire néfastes sur la santé. Ainsi, un état de stress au volant prolongé peut donner lieu à :

  • des accidents de la route légers voire mortels en raison d’une baisse de la vigilance et des réflexes ;
  • une efficacité moindre dans la vie de tous les jours et notamment dans le cadre professionnel ;
  • des problèmes de santé physiques comme une prise de poids ou le développement de cancers et maladies cardio-vasculaires ;
  • des problèmes de santé psychologiques tels qu’une déprime passagère, des crises d’angoisse, une anxiété grandissante voire un état dépressif ;
  • le développement d'une peur ou phobie de conduire dans les cas les plus graves de stress au volant.

Remédier au stress au volant

Afin d’éviter tout état de stress avant et pendant la conduite, quelques habitudes simples à prendre peuvent venir à bout du stress au volant. Il est ainsi recommandé :

  • De faire des pauses régulièrement, notamment lors des longs trajets et d’ajouter des pauses supplémentaires si une plage horaire de deux heures de conduite consécutives donne lieu à un stress.
  • De privilégier, si possible, des heures de conduite où la circulation est moins dense ou de partir la veille d’un déplacement afin de ne pas être stressé par les embouteillages ou les autres conducteurs.
  • De se faire aider par un GPS ou navigateur en ligne afin de prévoir les embouteillages et éventuels accidents en temps réel au cours de la conduite.
  • De se reposer et s’alimenter suffisamment la veille ainsi que le jour même du trajet afin que la fatigue n’entre pas en jeu dans l’arrivée d’un état de stress.
  • D’écouter de la musique douce tout au long du trajet.
  • De pratiquer régulièrement une activité physique, sportive afin d’évacuer le stress ou de méditer quelques minutes avant de prendre le volant ou pendant les pauses au cours de la conduite.
  • De se tourner le plus souvent possible vers le covoiturage ou les transports en train, notamment dans le cas de trajets professionnels très fréquents afin de limiter les états de stress au volant réguliers.

Enfin, bien qu’un état de stress au volant ponctuel ne soit pas nocif pour la santé, il est recommandé de consulter un professionnel de santé si les symptômes persistent.