Sommaire

Le signe de Chvostek correspond à la contracture de la lèvre supérieure dans un contexte d’anxiété dénommé spasmophilie.

On parle couramment de crise de spasmophilie, de tétanie ou d’attaque de panique.

Signe de Chvostek et anxiété : généralités

L’anxiété se manifeste de différentes manières. Les attaques de panique en sont la manifestation aiguë.

Symptômes psychiques

La spasmophilie fait partie des manifestations de troubles psychiques anxio dépressifs :

  • dépression ;
  • troubles anxieux et phobiques ;
  • troubles paniques de type agoraphobie ;
  • psychoses, comme par exemple la schizophrénie.

La consommation de toxiques (alcool, cannabis,cocaïne, hallucinogènes (LSD), amphétamines (ecstasy) ; sevrage de certaines substances : alcool, opiacés, caféine, benzodiazépines)est souvent identifiée comme facteur déclenchant la survenue de crises d’angoisse.

Les attaques de panique correspondent à une sensation de peur intense, d’angoisse voire de terreur ou panique, étendue sur quelques minutes à au-delà d’une heure.

Les caractéristiques sont les suivantes :

  • impression de perte de contrôle, de devenir fou ou de mourir ;
  • pensées catastrophiques : peur de s’évanouir, d’étouffer, d’avoir un accident cardiaque ;
  • parfois dépersonnalisation : ne plus savoir qui on est, sensation de corps transformé, ou de déréalisation : modification de l’environnement, dans ses formes ou ses couleurs par exemple
  • crises d’emblée intenses.

Les symptômes psychiques s’accompagnent de symptômes physiques.

Symptômes physiques

Les signes physiques de l’anxiété impliquent presque tous les organes :

  • hyperventilation ;
  • palpitations, tachycardie, douleurs ou gêne thoracique ;
  • sensations de malaise : étourdissement, vertiges, sensation de dérobement des jambes, sueurs, bouffées de chaleur ou frissons ;
  • tremblements, secousses musculaires, fourmillements ;
  • troubles digestifs : nausées, vomissements, diarrhées ;
  • envies d’uriner irrépressibles.

La crise de spasmophilie se distingue de l’attaque de panique par l’hypertonie : installation d’une rigidité ou de l’ensemble ou d’une partie du corps.

Signe de Chvostek : prise en charge de l’anxiété

L’anxiété et la spasmophilie manifestée ne sont associées à aucune lésion d’organes. La prise en charge sur une psychothérapie et sur des médicaments psychotropes.

Spécificités de la spasmophilie

L’anxiété semblerait engendrer une hypersensibilité neuromusculaire, reflétée par :

  • signe de Chvostek : contraction du muscle supérieur de la lèvre à la percussion de la joue, provoquant l’ouverture de la bouche en museau de tanche ;
  • signe de Trousseau- von Bonsdorff : flexion/rétraction de l’ensemble du membre supérieur (des doigts également) suite à la pose d’un garrot veineux au bras et déclenchement d’une crise de spasmophilie à son retrait.

La spasmophilie peut mimer des symptômes d’autres maladies graves notamment cardiaques ou bien bénignes de type déficit en calcium. C’est pourquoi une consultation médicale est indispensable.

La première crise de spasmophilie nécessite même une évaluation aux urgences médicales.

Traitement de l’anxiété

L’approche psychologique de la prise en charge est indispensable :

  • psychothérapie à orientation cognitivo-comportementale, appelée communément TCC ou thérapies cognitivo-comportementales ;
  • relaxation de type sophrologie ou yoga : apprentissage de la respiration abdominale ;
  • éviction des facteurs déclenchants les crises.

Le recours à des médicaments est nécessaire lorsque les crises constituent un handicap social quel qu’il soit : benzodiazépines par voie orale de type Diazépam (Valium®) ou Alprazolam (Xanax®).

Ces pros peuvent vous aider