Stress : des différences selon les individus

Écrit par les experts Ooreka

Depuis les travaux de Hans Selye et l'apparition en 1956 de la notion de stress avec son ouvrage intitulé « Stress of life » (le stress de la vie), on peut dire que le stress est un sujet qui a fait couler beaucoup d'encre, à en juger par les ouvrages qui paraissent sur le sujet.

Mais aussi au regard des événements récents qui ont marqué l'actualité et où on a pointé du doigt le stress en milieu professionnel comme ayant un lien avec les suicides de certains salariés.

Pourtant, il est possible de gérer son stress : apprendre à en repérer les symptômes pour mieux combattre son stress, ou encore utiliser les méthodes de prévention naturelles lorsque l'on se sent exposé à une vague de stress.

Sommes-nous tous égaux face au stress ?

Certaines études ont montré que non.

Un événement particulier peut, chez certains, être légèrement contrariant alors que, pour d'autres, il peut devenir un facteur de stress important.

En fait, le degré de stress que nous vivons dépend en grande partie de la façon dont nous accueillons un évènement ou une situation problématique.

Stress : des différences selon les individus Thomas Leuthard CC BY 2.0 / Flickr

Exemple de stress selon la situation

Deux personnes se retrouvent coincées dans l'ascenseur, leurs réactions peuvent être complètement différentes.

  • Pour l'une, ce sera la « goutte d'eau » de la journée qui fait déborder le vase et elle s'écrira « il manquait vraiment plus que çà » et se mettra à pester et à gesticuler dans tous les sens, ce qui fatalement ne fera qu'accroitre encore plus son stress.
  • Pour l'autre, ce sera un incident mineur, et elle prendra son mal en patience en se disant que sitôt qu'elle aura appuyé sur l'alarme, quelqu'un viendra débloquer l'ascenseur.

On pourrait ajouter un troisième exemple : en imaginant qu'une personne claustrophobe se trouve justement dans cet ascenseur et qu'elle ferait littéralement une crise d'hystérie.

Mais nous n'envisageons pas, dans le cadre de cette rubrique, qu'une personne qui fasse tout son possible pour gérer son stress prenne l'ascenseur, alors qu'elle se sait claustrophobe !

Exemple de stress selon l'état de la personne

La même personne cette fois peut réagir de façon différente au stress selon son degré de fatigue ou son état de santé.

Reprenons l'exemple de l'ascenseur : la même personne qui peut sembler relativement calme une première fois, réagira peut-être de façon diamétralement opposée une autre fois, si elle est particulièrement fatiguée, ou si elle est grippée et ne se sent pas prête à affronter une panne d'ascenseur.

Lors d'un évènement stressant, où l'on se trouve dans une impasse et où l'on ne peut ni fuir ni combattre, il faut donc admettre qu'une part subjective de nous-mêmes entre en jeu et va déterminer ensuite le niveau de stress que nous allons supporter et la durée.

Même un évènement plus grave qu'une panne d'ascenseur, comme par exemple un divorce ou un deuil, peut – bien qu'il soit toujours douloureux - nous démontrer que la part subjective joue un rôle fondamental : certains se laisseront complètement submerger après un divorce, sur une longue durée, alors que d'autres prendront toutes les mesures possibles pour reprendre « le dessus ».


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
claude andurand

hypnothérapeute, thérapie brève, orienté solutions | cabinet de psychothérapie

Expert

patrice bauget

atrapuncture (méthode naturelle ancienne)

Expert

marion alisse

psychanalyste-praticienne en psychotherapie | psychothérapie sceaux - psychanalyse et psychoth

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !